CINÉMA

Déclaration d’amour à l’intention de Meryl Streep

Je me doute bien que vous ne lirez jamais ce texte, malheureusement, mais qu’importe, je dois apposer sur le papier l’adoration que je vous porte. Je vous admire parce que vous êtes une femme à la carrière exceptionnelle. A travers votre filmographie exemplaire, vous avez fait rêver des générations entières. Vous êtes toujours brillante, qu’importe le rôle que vous interprétez. Dans Le choix de Sophie, vous m’avez totalement traumatisé. Dans Out of Africa, vous avez poussé l’érotisme jusqu’à son point culminant. Cette scène du shampooing avec le beau Robert Redford trotte encore dans ma tête… Dans sur La route de Madison, j’ai vibré pour votre idylle avec Clint Eastwood  et votre main sur cette fichue portière, que vous auriez dû ouvrir, hante encore mes nuits. A travers vos films, vous m’avez ému, en interprétant des femmes blessées, aux vies peu ordinaires. Vous portez toujours à l’écran des destins de femmes attachantes ou totalement antipathiques, mais quelque part vous nous apprenez à les aimer et à les connaître. Vous avez cette capacité impressionnante à vous effacer entièrement derrière un rôle. Que vous soyez une véritable mégère dans Le diable s’habille en Prada, un Premier Ministre à la politique contestable dans La dame de Fer, une mère de famille qui chante ABBA en Grèce, une journaliste junky dans Adaptation ou une incarnation moderne de Mrs Dalloway  dans The Hours, vous habitez totalement votre rôle et vous le rendez encore plus naturel. J’aime votre jeu fin, subtil et délicat, ces gestes de la main que vous faites, ce léger mouvement de vos doigts vers votre nuque, ces regards que vous portez, cela rend toujours plus naturelle votre prestation. J’admire aussi votre talent pour les accents. Que vous mimiez à la perfection Margaret Thatcher, que vous appreniez le polonais, que vous vous doubliez vous-même en français avec l’accent polonais pour Le choix de Sophie, que vous chantiez merveilleusement bien, que vous sachiez parler plusieurs langues couramment, c’est impressionnant. J’admire cette carrière exceptionnelle, aux choix éclectiques. Que vous jouiez dans une comédie, un drame, un biopic ou une romance, vous êtes toujours formidable, vous êtes toujours touchante.

Et puis, Meryl, j’aime ce que vous incarnez. J’aime cette humilité qui est la vôtre. Du haut de vos 119 récompenses, vous restez modeste. Quand on vous félicite pour vos 18 nominations aux Oscars, ce qui constitue un record, vous répondez simplement que cela fait aussi beaucoup de défaites. Je sais bien que certains pensent que c’est de la fausse modestie, qu’importe, je trouve que c’est admirable. J’aime aussi la façon dont vous gérez votre vie privée et votre vie professionnelle. Vous préférez vivre loin de Hollywood, de ses paparazzis et de ses scandales, vous allez vous terrer dans la campagne américaine pour vivre avec votre mari et vos 4 enfants une vie ordinaire. Et puis j’aime cette femme engagée que vous êtes. Soutien d’Obama, fervente écologiste et militante féministe, vous faites entendre votre voix. C’était un beau geste de donner la totalité de votre cachet pour La Dame de fer à des associations féministes. C’est aussi une belle lutte que d’essayer de développer la culture aux États-Unis. Vous avez des convictions et vous voulez les faire entendre, vous voulez vous battre pour elles, profiter de votre statut pour faire bouger les lignes. Et puis Meryl, malgré toutes vos qualités, malgré la perfection que vous incarnez à merveille, vous n’êtes pas énervante. C’est vrai, les gens parfaits agacent toujours, mais vous, vous demeurez attachante.

J’avais envie d’écrire cette lettre d’amour pour vous afin de témoigner l’admiration que je vous porte.  J’avais envie de rédiger cette lettre totalement subjective pour expliquer mon adoration. Un critique avez dit à votre propos « chacune de ses œillades est un cours complet d’art dramatique », je ne peux qu’approuver. Je me permettrais juste de rajouter que vous êtes l’une des plus grandes actrices du cinéma international, une icône du 7e art, que votre talent est époustouflant et votre carrière impressionnante. J’avais envie de transmettre ma fougue pour vous et de corrompre de nouvelles personnes à la vénération de ce que vous incarnez. Voilà Meryl, j’avais simplement envie de vous dire que je vous aime.

Auteur·rice

You may also like

More in CINÉMA