FestivalsMUSIQUE

Interview – The Red Goes Black aux Trans Musicales

Vous vous souvenez peut-être du groupe The Red Goes Black, originaire de Douarnenez et vainqueur du tremplin des Jeunes Charrues 2013. Nous les avions rencontrés avant leur victoire et ils ont déjà fait du chemin puisqu’on les retrouve à la programmation des rencontres Trans Musicales cette année, et c’est à cette occasion que nous avons pu une nouvelle fois, leur poser quelques questions.

Maze : On s’était croisés à Carhaix deux jours avant votre magnifique victoire, que nous avions bien suivi. Comment cela s’est-il passé après ?

On a fait la fête, il y a l’euphorie de la victoire qui n’a pas duré très longtemps, il fallait penser rapidement aux autres dates et surtout au travail qui reprenait pour une partie d’entre nous. Tout va assez vite. On a fait un petit mois de studio, pour un single qui sort très bientôt, en prévision d’un album, on s’est concentrés là dessus rapidement.

Maze : Vous êtes très actifs sur les réseaux sociaux, là en ce moment c’est surtout pour l’ampli Ouest-France ?

C’est surtout notre manager qui gère cette partie ! (rires) Notre participation à l’ampli Ouest-France, on l’a choisi car c’est un média régional et on voulait s’ancrer en Bretagne avant de partir ailleurs. On gagne une grande visibilité, il y a de l’argent à gagner, qui nous serait utile pour financer notre album. Du coup on est passés en finale et on passe au Cargö (Salle de Musiques Actuelles à Caen, NDLR). C’est un gros tremplin, beaucoup de groupes à se présenter, peut-être même plus gros en fin de compte que les Jeunes Charrues.

Maze : Vous êtes originaires de Douarnenez, comment cela s’est-il passé quand vous êtes rentrés ?

On fait souvent la fête pour rien, d’ordinaire, à Douarnenez (rires), donc là c’était gigantesque ! Non, on avait un concert à Douarnenez le vendredi suivant la victoire et on a bien fêté ça avec le public et des potes.

Maze : L’année prochaine vous jouerez sur une immense scène aux Vieilles Charrues, est-ce que vous y pensez déjà ?

Ouais, on a commencé bien-sûr. On prépare des choses, on commence à enrichir un peu le set, il faudra faire quelque chose d’un peu différent de ce qu’on a fait aux Jeunes Charrues, tout en plus gros !

Maze : Vous aviez lancé un KissKissBankBank juste avant les Jeunes Charrues, comment ça s’est passé ?

Le KissKissBankBank a vraiment super bien marché, on a eu plus que ce qu’on attendait au départ. Après c’est difficilement perceptible si c’est lié au Charrues, mais c’est sans doute le cas. Cela nous permet d’enregistrer l’album dans de bonnes conditions. Ce qui est important également, c’est cette crédibilité vis-à-vis des professionnels et du public acquise par le tremplin des Jeunes Charrues.

Maze : Aujourd’hui vous êtes aux Trans Musicales, est-ce que ça vous fait quelque chose de particulier d’être ici ?

On était super contents d’être programmés, avec les charrues c’est l’autre gros festoche et on est super contentents d’y être programmés. C’est super important, il y a une immense dimension de découvertes musicales. On sort de quatre jours de pré-prod, on a la chance d’être suivis par le Run Ar Puñs qui nous ont permis de bosser pendant 3 jours dans de super conditions pour bien bosser, roder le set pour les Trans. On a un peu plus de temps que d’habitude, ce ne sera pas tout à fait le même set.

Maze : Vos projets pour l’année prochaine ? Est-ce que vous vous projetez ensemble encore longtemps ?

En Janvier on enregistre un album, tout le mois de Janvier, et on compte le sortir pour l’été, dans tous les formats imaginables ! (rires) Pas mal de dates en février et autour. Après, il y a les Charrues qui vont arriver assez rapidement, une tournée pour la sortie de l’album, on a envie de mettre le pied au plancher, comme dirait … Alain Prost (rires).  2014 va être riche.

Maze : Vous avez beaucoup d’interviews là, vous enchaînez ? La question qui vous énerve le plus ?

Ouais cet après-midi on enchaîne bien, après le concert aussi. Toute la nuit. La question qui fait le plus chier c’est : pourquoi vous chantez en anglais et pas en français ? Elle n’arrive pas souvent, mais quand elle arrive … Vraiment, c’est un peu agaçant, on ne veut pas rentrer dans le débat “chanter en français parce qu’on est français”, ça n’a pas lieu d’être.

Maze : Et la fausse polémique sur Stromae aux Trans Musicales alors qu’il est devenu un artiste “populaire et grand public” ?

Il avait été découvert aux Trans aussi … Je ne sais pas ce qu’il s’est passé entre la programmation et Paulo (le prénom de Stromae, NDLR) (rires). Mais la venue de Stromae aux Trans Musicales est aussi intéressante que la politique intérieure au Tadjikistan.

Maze : Vous allez aller voir des artistes quand-même pendant le festival ?

Non, on ne verra pas grand chose, malheureusement, on bosse demain et on rentre assez vite ce soir ou demain très tôt.

Maze : Vous avez un mot à adresser aux lecteurs du magazine Maze, qui veulent se lancer dans la musique ?

Jouer avec des potes, c’est ça qui est le plus fun, prendre du bon temps, parce que si on se faisait chier on ne ferait pas ça.

Auteur·rice

Co-fondateur, directeur de la publication de Maze.fr. Président d'Animafac, le réseau national des associations étudiantes. Je n'occupe plus de rôle opérationnel au sein de la rédaction de Maze.fr depuis septembre 2018.

You may also like

More in Festivals