MUSIQUE

Rencontre avec HOLOGRAM

Clara Luciani et Maxime Sokolinski par Emma Pick

HOLOGRAM est un groupe dont vous allez sans doute beaucoup entendre parler prochainement. Le duo français est composé de Maxime Sokolinski, frère de la chanteuse et actrice Soko et de Clara Luciani, l’une des voix du groupe français pop et décomplexé La Femme. Il ne faut pas très longtemps après leur premier rencontre pour que Maxime et Clara en viennent à composer une chanson ensemble. Ils décident dans la foulée d’enregistrer un premier EP avec les moyens du bord, intégralement produit dans l’appartement de Maxime, un disque qui sortira en Juillet 2013.

Entre chillwave et coldwave, les notes épurées et entêtantes de leur premier opus Absolute Zero nous emmène dans un véritable voyage onirico-cosmique. Cette œuvre rétro-futuriste, composée d’ondes pop au synthé est survolé par un magnifique chant aérien. Nourri d’influences dont principalement Pink Floyd, Spiritualized, Baudelaire ou encore Marc Chagall, l’univers Hologram est planant, futuriste, magnifique. Ce tandem aux sonorités résolument spatiales annonce l’avènement de la nouvelle ère de la Dream pop.

HOLOGRAM

Maze : Salut Maxime et Clara, merci beaucoup d’avoir accepté de faire cette interview ! Votre premier opus s’intitule « Absolute Zero », pourquoi ce titre ?

Maxime : « Absolute Zero » est la température la plus froide possible (−273.15°), la chanson raconte l’histoire d’un enfant ayant survécu à une guerre nucléaire, l’ensemble du monde étant devenu de glace…

Êtes-vous perfectionnistes dans votre travail de composition ? Mais d’ailleurs comment vous procédez pour mettre au point des morceaux ?

Clara : Pour la création, il n’y a pas vraiment de règle, bien que Maxime s’occupe de la production, l’un ou l’autre aura une mélodie en tête, des paroles, ou un instrumental, et l’autre s’ajoute pour donner vie au morceau…
Maxime : Les compositions viennent en général assez naturellement, quand cela demande trop d’effort ce n’est en général pas un bon signe … Pour ce qui est de la productions, en effet, j’y passe beaucoup de temps, j’aime vraiment cette partie là de la création, et toute la recherche de son et d’ambiance qui va avec… J’y passe également beaucoup de temps car je suis autodidacte, donc cela me prend deux fois plus de temps que cela ne devrait, car j’expérimente, je fais des erreurs, et j’apprends en même temps…

On peut voir que vous jouez beaucoup sur le côté visuel de votre musique, votre clip Absolute Zero sonne d’ailleurs très futuriste tout en possédant un aspect rétro. Quel est votre ressenti par rapport à cela ?

M : Nous voyons la musique comme quelque chose de visuel autant que sonore. L’idée de pouvoir inspirer des images avec des sons est fascinante. L’esthétique retro futuriste qui nous inspire énormément tous les deux, et se prêtait tout naturellement à une chanson comme Absolute Zero qui se passe dans le futur. Quand au côté rétro, il est vrai que la vision du futur vue depuis les années 50 est inégalée, et beaucoup plus fascinante que la réalité du futur elle-même.

C : Nous aimons les arts en général, du coup on est amenés à tous les relier entre eux, à associer le cinéma, la peinture ou encore le design avec notre musique. Absolute Zero c’est aussi un hymne au space age qu’on adore tous les deux.

Pourquoi avoir choisi la Dream Pop ?

M : La Dream Pop n’est pas vraiment un choix, et nous ne nous revendiquons pas spécialement comme appartenant à ce mouvement … C’est le résultat de nos influences, et un gout pour les sons aériens et planants… Nous écoutons autant du rock que de la folk, en passant par la musique électronique et le jazz, et quand on enregistre une chanson, le résultat se fait naturellement, sans vraiment de calcule ou de choix conscient.

Nous avons hâte de découvrir davantage, pouvez-vous nous parler de votre album ?

M : Notre 1er EP sortira le 15 juillet, il s’agit de quatre chansons entièrement enregistrées dans mon appartement…

 : Quant à l’album ce qu’on peut en dire, c’est qu’il sera sombre et beau comme une apocalypse !

Quels sont vos projets pour les mois à venir ?

C : Nous jouerons notre 2ème festival le 19 juillet à Copenhague, et quelque concerts en Angleterre, également une date au Baron le 23 juillet.

M : Notre 2ème clip devrait sortir bientôt également, et nous avons des rendez vous avec des labels et des éditeurs, et nous prenons notre temps pour construire la bonne équipe autour de nous.

Qu’aimez-vous dans la musique que vous ne trouvez pas ailleurs ?

M : C’est une question que je ne me suis jamais posé… La musique est une évidence, je joue de la guitare depuis que j’ai huit ans, je ne me rappelle plus vraiment le moment où je me suis dit : C’est ça que je veux faire et pas autre chose… Ça a toujours été “ça”.

C : Rien ne peut m’apaiser autant que la musique. Otto Dix disait “Tout art est exorcisme“, je crois qu’il faut juste trouver celui qui nous va bien et une fois qu’on l’a, il nous sauve de tout.

Votre ou vos albums de chevet en ce moment ?

M : Nick Drake, Bryter Later, Five year left et Pink Moon.

C : Spiritualised, Ladies and gentlman we are floating in space

Si vous pouviez voyager dans l’espace-temps, où et quand aimeriez-vous aller ?

M : Saint Petersburg en 1850, pouvoir rencontrer Pouchkine, Dostoïevski, Lermontov… Et dans les années 30 à Paris, rencontrer Paul Eluard, André breton, et aller à des soirées Dada !

C : J’aimerais revenir dans mon enfance dans une petite ville de Provence pour revoir les absents qui me manquent puis aller faire un tour à la Factory de Warhol pour swinguer avec Eddie Sedgwick avant de prendre mon jet spatial pour aller manger de la cuisine moléculaire dans un petit restaurant de Mars ou Neptune en 2070.

HOLOGRAM

Demain c’est la fin du monde, si vous deviez sauver :

Un groupe ?

M : Crosby Stills Nash and Young.

C : Ce ne serait pas le moment de jouer les philanthropes, du coup je sauverais Hologram je pense.

Un morceau ?

 : Pale blue eyes de Velvet Underground…

C : I love you de Spacemen 3

Un film ?

M : Easy rider

C : Les demoiselles de Rochefort ou n’importe quelle autre rêverie du divin Jacques Demy.

Un acteur/ une actrice ?

M : Bill Murray, il faudra bien quelqu’un pour nous faire rire quand ce sera la fin du monde…

C : Personne ne peut sauver un acteur à part son psychiatre !

______________________________________________________________________________________________________

Soundcloud : https://soundcloud.com/hologramusic

Youtube : http://www.youtube.com/watch?v=2mS2JAthusA

Facebook : https://www.facebook.com/hologramusic

 

 

Auteur·rice

"Ethique est esthétique." Paul Vecchiali

Vous pourriez aussi aimer

More in MUSIQUE