Non classé

Ronquières festival, 1er essai transformé !

Le samedi 28 juillet 2012 nous avions rendez-vous à Ronquières , petite ville de la Belgique wallonne, pour la première édition du Ronquières festival. Notre première surprise fut le cadre du site. En effet le festival ne se déroule pas près pas d’un lac, sur terrain de foot, un champs ou une place publique mais autour d’une étrange structure composée d’une tour de plusieurs mètres et d’un plan incliné, pour permettre au bateau de franchir un dénivelé important. La classe.

 

Le plan incliné de Ronquières

Les premier groupe à entrer en scène fut une découverte et une agréable surprise. Recorders, groupe bruxellois, s’en est en effet très bien tiré, avec une pop planante, qui rappelle Foals et Everything Everything.  Metronomy, jouant étonnamment tôt puisqu’ils donnaient un concert à Londres le soir même, les a succédés sur cette scène.  A ce propos le chanteur Joseph Mount ironise “D’habitude on joue beaucoup plus tard, tout le monde  a déjà beaucoup bu, faites comme si vous aviez déjà beaucoup bu  !”. Il soulignera également plus tard son étonnement face au cadre du festival. Le groupe se lance dans un set pop à souhaits, les tubes “The Look” et “The Bay” sont repris en chœur par le public qui se mit à danser sur les dernières chansons.

Anna Prior de Metronomy

Anna Prior de Metronomy

Stereo Grand, Bikinians et Montevideo sont venus accroitre le nombre de découvertes sympathiques de l’après-midi. Les premiers sont un quintet belgo-écossais qui mélangent avec talent une pop dansante et rock avec une pointe d’électro, les chansons les plus énergiques du set rappellent the Fratellis et Franz Ferdinand. Les seconds sont bruxellois et ont fait bougé le public avec du rock énergique. Enfin , Montevideo, dont le chanteur fait parti du groupe belge Ghinzu depuis 2008, a également réalisé un très bon concert. Le duo Soldout, programmé suite à l’annulation de Skip the Use, a donné un concert électro énergique qui a fait danser le public. Ozark Henry, chanteur flamand avec une voix à la Chris Martin, leader de Coldplay, a réalisé un set planant. Enfin, le groupe Caravan Palace a fait swinguer le Ronquières festival avec leur électro-jazz-manouche.

Joey Starr

Joey Starr

Le hip-hop était également au rendez-vous, de 1995 à Soprano et son public très jeune, en passant par un étrange groupe local appelé Hippocampe Fou. Mais dans cette catégorie c’est bien sur Joey Starr qui nous a le plus bleffé. Le Jaguar est un véritable  show-man, n’hésitant pas à interpeller et dialoguer avec des personnes du public, bougeant la foule à coup de “tout le monde à gauche, derrière, à droite , devant …” et annonce au début de son concert “que même si on écoute du rock, du hip-hop ou de la pop, on s’en fout, on est là pour kiffer”. Il a notamment chanté un duo “Aiguisés comme une lame” avec Raggasonic, qui reviendront sur cette scène plus tard dans la soirée.

Peter Doherty

Peter Doherty

Les fans étaient venus en nombre pour voir ou revoir Peter Doherty, tête d’affiche du festival.  Alors que quelques jours avant le festival sa présence était incertaine, eh bien le chanteur des Babyshambles nous a encore bluffé. Son set débute avec deux chansons inédites, l’une dont le refrain sonne très blues, l’autre qu’il avait déjà jouée lors de concerts londoniens en Janvier dernier. Pete interprète ensuite quelques titres de son album solo “Grace/Wastelands” (“Salome” et “For Lovers”) et une autre chanson.  Une guitare, un harmonica et deux danseuses classiques magnifiques, l’équation est toujours la même et continue de fonctionner. Les chansons des Libertines et des Babyshambles  sont reprises en chœur par le public (“Delivery”, “Time For Heroes”, “The Boy Looked at Johnny”, “Can’t Stand Me Now”, “Unbilotitled”, “Don’t Look Back Into The Sun” et “Albion”) Il entame enfin l’énergique titre “Fuck Forever”  puis commence la ballade “Arcadie”, mais on lui signale que son concert est fini, il arrête donc de jouer au milieu de la chanson et salut le public une dernière fois. A sa sortie de scène, il répond à une journaliste qui lui demande comment s’est passé son concert qu’il se sent un peu rouillé et qu’il a besoin d’écrire de nouvelles chansons.

Ce fut donc une agréable journée chez nos mais belges, les groupes que nous avons découverts ici ne devraient pas tarder à envahir la France, pour notre plus grand plaisir !

 

Crédit photos @ Dominique Houcmant

 

 

Auteur·rice

Etudiante en science politique à Lille et passionnée de musique.

Vous pourriez aussi aimer

More in Non classé