CINÉMA

Cosmopolis

Mais où vont les limousines la nuit ?

http://www.artistikrezo.com/images/stories/redac3/Cosmopolis_-_film_de_David_Cronenberg.jpg

L’histoire, c’est celle d’Eric Packer, un jeune PDG milliardaire qui décide de traverser la ville à bord de sa limousine blanche, sorte de bunker, pour s’offrir une nouvelle coupe de cheveux. Seulement, ce jour-là est particulier : le président des Etats-Unis est en ville et toute une partie de la ville est inaccessible, et il y a également un cortège funéraire d’une personnalité qui entrave la circulation. Sans compter les manifestations anticapitalistes qui sèment le chaos sur la ville. Bref ce voyage va devenir une véritable aventure, Eric Packer étant lui-même menacé d’être tué à tout moment. La majeure partie du film se déroule à l’intérieur de cette limousine, dans laquelle on voit évoluer le personnage principal, entre dialogues philosophiques, spéculations, sexe et déchéance et toutes les questions qu’il se pose, comme par exemple qu’est-ce que signifie une prostate asymétrique… En effet nous assistons avec ce film à l’autodestruction d’Eric Packer : tout part du moment où il réalise qu’il a fait une erreur de spéculation, et que sa fortune est en train de s’écrouler. Alors peu à peu tout ce qui l’entoure va également se détruire : son mariage, ses convictions, il ne comprend même plus le sens de ce qu’il fait. Jusqu’à cette fin incroyable, où il est mis face à lui-même, dans un appartement délabré d’un ghetto, prêt à mourir.

En adaptant le roman de Don DeLillo avec dans la peau d’Eric Packer ? l’acteur Robert Pattinson, David Cronenberg s’est donné un vrai challenge. En effet pour la plupart du public Robert Pattinson a malheureusement une connotation “Twilight” et tout ce qui va avec, et dont il a du mal à se débarrasser. Cependant ce film montre de quoi est capable l’acteur, qui s’en tire plutôt bien.  Eric Packer est alors une sorte d’holden Caulfield  trash (mais où vont les limos la nuit ? peut faire penser aux interrogations du héros de l’attrape-cœur : “où vont les canards de Central Park, quand le lac est gelé en hiver ?”). Ce qui frappe le plus, ce sont les discussions et l’évolution de celles-ci au fur et à mesure de la déchéance du personnage : au début nous avons affaire à un homme complètement égoïste, possédé par le désir que tout lui appartienne puis peu à peu il va se rendre compte que sa vie est vide et se pose des questions, réalisant qu’il est en train de perdre tout ce qu’il possède : sa femme, son argent, ce qu’il admirait, son bonheur…

Cependant, ce film ne plaira pas à tout le monde : en effet le manque d’action peut en décevoir certains, en effet toute l’histoire tourne autour de ces nombreux dialogues et l’évolution interne du personnage, on reste assis dans la limousine la majeure partie du film. Mais la force des dialogues ainsi qu’une Bande Originale s’ajustant parfaitement à l’esprit du film fait qu’on ne s’ennuie pas, du moins si le manque d’action ne nous dérange pas dans un film. Ce film est donc à conseiller pour les amateurs de films dans l’esprit Sofia Coppola, plus basés sur les personnes et leurs sentiments que sur l’action.

http://www.tooticy.re/local/cache/img/r/L600xH600/3748-cosmopolis-cinema-reunion-974-3.jpg

Cosmopolis, de David Cronenberg. D’après le roman de Don DeLillo. Avec Robert Pattinson, Juliette Binoche, Mathieu Amalric, Sarah Gadon

Etudiante en Anglais à Montpellier dans le but de devenir journaliste de mode, passionnée de mode, de musique, et de beaucoup de choses encore.

You may also like

More in CINÉMA