SOCIÉTÉ

La Francophonie

La Francophonie… La première chose qui vous vient à l’esprit quand on emploie ce terme, c’est que l’on parle de la langue française. Mais elle représente bien plus que cela, car elle est le dispositif institutionnel qui organise les relations politiques et de coopération entre les Etats et gouvernements de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), ayant en partage l’usage de la langue française et le respect des valeurs universelles.

Créée en 1970 sur la base du Traité de Niamey (Niger), elle représente 75 Etats et gouvernements (dont 56 membres et 19 observateurs) de la Francophonie, 220 millions de locuteurs et 890 millions d’habitants. L’Afrique quant à elle, représente 50 % de la francophonie !

En coopération permanente avec l’Organisation des Nations Unies (ONU), elle bénéficie d’une représentation continue grâce au bureau qu’elle occupe à New-York et à son statut d’observateur.

Le français est une des six langues officielles à l’ONU avec l’anglais, l’espagnol, le russe, le chinois et l’arabe, elle est également l’une des deux langues utilisées pour le travail au Secrétariat des Nations Unies. C’est aussi la deuxième langue étrangère la plus parlée dans l’Union Européenne et la neuvième langue la plus parlée au monde.

Alors, par quels moyens l’Organisation Internationale de la Francophonie essaye-t-elle d’atteindre ses objectifs ?

Le secrétaire général de la Francophonie est Adbou Diouf. Les conseils et conférences qui la composent sont des instances. Il y a également une Assemblée Parlementaire qui est une assemblée consultative : c’est un lieu de débats, de propositions et d’échanges d’informations sur tous les sujets d’intérêt commun à ses membres. Elle intervient devant les chefs d’Etat lors des Sommets de la Francophonie.

L’OIF a trois grands types d’objectifs.

Des objectifs  socioculturels :

  • Intensifier le dialogue des cultures et promouvoir la langue française ; par des accords avec les organisations internationales et régionales pour le respect du statut du français comme langue officielle et de travail dans leur documentation et réunions, des formations de fonctionnaires et de diplomates au français dans les relations internationales ainsi que par la diffusion de manuels didactiques, et de logiciels d’aide à la traduction assistée par ordinateur (40000 diplomates et fonctionnaires seront formés entre 2010 et 2013 dont 65 % de femmes)
  • Promouvoir l’éducation, la formation et l’enseignement supérieur ainsi que la recherche grâce à des formations, des outils pédagogiques et des ressources documentaires numériques adaptés à chaque situation. Des guides spécialisés à l’intention des formateurs  et des émissions de radio et de télévision sont également produits. 250 séminaires et sessions de formations sont prévus entre 2010 et 2013 pour 27000 formateurs enseignants et experts nationaux afin d’améliorer le fonctionnement et les performances des systèmes éducatifs.
  • Rapprocher les peuples grâce à leurs connaissances mutuelles grâce à l’organisation et au soutien de festivals (jeux de la francophonie), d’expositions, de concerts et autres manifestations artistiques, et à des mises en relation entre acteurs et organisateurs d’évènements culturels (l’OIF a même un hymne).
  • Développer la communication en favorisant le multilinguisme dans les systèmes éducatifs afin de développer l’échange et la diversité linguistique au sein des pays francophones.
  • Favoriser la prise en compte partout et par tous de l’égalité hommes/femmes grâce à une sensibilisation des responsables gouvernementaux et grâce à un soutien des regroupements et initiatives des femmes francophones pour qu’elles se fassent entendre sur la scène internationale.

Des objectifs politiques :

  • Promouvoir la paix et les droits de l’homme ainsi que la démocratie en modernisant les institutions ainsi que les systèmes judiciaires et l’accès à la justice grâce à la formation des acteurs de la vie publique. En élargissant l’éducation citoyenne et en favorisant la participation francophone dans les actions de maintien de la paix.
  • Développer la coopération au service du développement durable en élaborant des stratégies nationales par le traitement et la diffusion d’informations pertinentes (= sensibilisation) ainsi qu’en formant des cadres environnementaux (175 seront formés pour la période 2010-2013). Mais aussi en développant les énergies renouvelables via la mise en place de systèmes d’information énergétique.

Un objectif socio-économique :

  • Renforcer la solidarité par des actions de coopération multilatérales en vue de favoriser l’essor de leur économie.

Afin de réaliser ses objectifs, la coopération avec l’ONU et les différents opérateurs spécialisés est essentielle, mais l’élaboration d’un budget l’est également (81 millions d’euros en 2010).

Rappelons que TV5 Monde a vu le jour en 1984. C’est l’un des quatre opérateurs de la Francophonie, c’est également la première chaîne généraliste mondiale en langue française et le deuxième réseau international de télévision diffusé auprès de 215 millions de foyers dans près de 200 pays et territoires. Ce programme rassemble 55 millions de téléspectateurs hebdomadaires.

Parmi ces opérateurs se trouve également l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF) qui a été créée en septembre 1961 et est un organisme international au service de l’enseignement supérieur et de la recherche en français, notamment dans les universités du Sud en développant leur aspect administratif (aide à la formation et à la gestion universitaire) et leur aspect institutionnel (aide à la mise en place de réformes, évaluation de formations ou de projets, restructuration d’établissements…).

L’Association Internationale des Maires Francophones (AIMF), créée en 1979, est le réseau des collectivités locales francophones et de leurs associations, qui se retrouvent autour de valeurs communes. Elle concourt à une meilleure gestion des collectivités, favorise les échanges d’expériences, mobilise l’expertise territoriale francophone et finance des projets de développements socio-économiques durables. Pour cela, elle met en place des outils de participation citoyenne et des services innovants au cœur desquels est placée la création d’emplois, elle finance également la création d’infrastructures (notamment des routes et transports, mais aussi des infrastructures sanitaires) et valorise les territoires à travers leur patrimoine. Depuis 2005, l’AIMF a mobilisé plus de 11 millions d’euros pour le financement de projets d’eau et d’assainissement dans les villes francophones.

L’Université Senghor d’Alexandrie existe depuis octobre 1990. C’est une université francophone au service du développement africain. Elle prépare aux métiers du développement et est un pôle d’échanges et de rencontres car elle organise fréquemment des colloques, des séminaires et des conférences.

L’Organisation des Nations Unies (ONU), fondée suite à la Seconde Guerre Mondiale le 28 octobre 1945 par 51 pays, a pour objectifs de maintenir la paix et la sécurité internationale ainsi que d’accroitre le respect des droits de l’Homme. L’ONU et l’OIF coordonnent leurs actions dans le domaine de la diversité culturelle et linguistique et du dialogue des cultures et des civilisations. Ces deux organisations coopèrent aussi pour faire face aux crises financières et alimentaires.

Ainsi, afin d’atteindre ses objectifs sociaux, culturels, économiques et politiques, l’Organisation Internationale de la Francophonie répartit son budget pour financer le développement d’actions et de personnel qui pourront assurer le maintient des objectifs qu’elle s’est fixée. C’est pour cela qu’elle est aidée par ses opérateurs qui y contribuent selon leurs moyens et à leurs manières. Les estimations en ce qui concerne le nombre de francophones en 2050 est de 700 millions. Alors ce chiffre sera-t-il justifié grâce aux objectifs atteints ou à cause de la démographie ?

Auteur·rice

Célia, 19 ans, étudiante en orthophonie à la Haute Ecole de la ville de Liège.

You may also like

More in SOCIÉTÉ