SOCIÉTÉ

Le Magret !

Le magret, ce plat culte de la cuisine française interroge les foules, et a raison !

Quel est le secret de ce met qui se déguste aussi chaud que froid, qui enchante les palais les plus exigeants et qui fait rêver des générations entières ? Déjà, il est important de savoir que le mot magret vient de l’occitan magre (et oui, il est capital de connaître l’origine des mots, votre prof de français ne vous l’a pas appris ?). Dans sa mystérieuse composition, le secret de sa saveur vient du fait qu’il soit un filet de viande maigre et découpé à partir du foie d’un kanard ou d’une oie grasse, engraissé(e) par des procédés de gavage (nn c pa dé myto) !

Il peut être séché, fumé, ou coupé en minces tranches ! Et oui, que de possibilités, c’est donc là un des points forts de ce plat de luxe, peut-être une des raisons de son succès ? Il est très bon d’en consommer : il apporte autant de bienfaits moraux que de bienfaits physiques, car comme vous le savez tous le magret apporte à coup sûr une santé de fer à qui en consomme régulièrement, ce n’est pas une blague ! (je suis srx)

Vous voulez fabriquer votre propre magret ? Voici quelques conseils pratiques !

1- Le choix du gibier, comment le chasser.

Vous n’avez pas l’habitude de pratiquer la chasse a courre ? Ce n’est pas un problème, chasser l’oie sauvage ne requiert pas un niveau élevé dans cet art. Il vous faut avant tout un permis de chasse, si vous n’en possédez pas et que vous ne vous sentez pas prêt à faire le concours, le mieux est de l’emprunter à un oncle, un ami, un grand-père, une connaissance ou un inconnu (tant que vous restez poli), qui se fera une joie de vous aider à mener à bien votre mission.

DANGER : Attention, en tant qu’apprenti chasseur vous devez faire très attention à certaines espèces animales dangereuses comme le sanglier, le ragondin des marais, l’oors ou encore le mragon. Ces créatures sont très agressives et même si elles sont amicales pour certaines (le mragon, l’oors) elles n’en restent pas moins un danger pour vous ! Leur force physique peut venir à bout de n’importe quel homme musclé, et un coup de patte d’une de ces bêtes pourrait bien causer votre mort ! Il faut donc pour éviter ces désagréments emporter avec vous un chieng de chasse qui vous indiquera grâce a son flair développé les bêtes féroces tapies dans l’ombre, un fusil à pompe pour vous défendre et de la nourriture pour faire appât ! Soyez sage, la forêt regorge de menaces, ne vous aventurez pas trop loin et pensez à prendre avec vous une boussole, des silex pour pouvoir allumer un feu de camp à tout moment ainsi que des vivres utiles comme des lanières de viande séchée.

Une fois que vous avez repéré votre proie à l’aide de votre chieng de chasse, il vous faut armer silencieusement votre fusil, viser grâce a la petite loupe/cible intégrée et tirer sans rater son coup !

Une fois le gibier sous le bras il faut vérifier les caractéristiques de la bête pour ne pas s’empoisonner en mangeant un animal vénéneux : le pelage doit être luisant et sain, les yeux vifs et non pas ternes, les pattes arquées et fières !

2- La cuisson et l’accompagnement

Après avoir plumé votre oie, il vous faut la cuisiner. Auparavant, pensez à vider le corps et à donner les entrailles aux animaux domestiques, à votre frère ou à votre soeur pour ne pas faire de gâchis.

A l’intérieur vous pouvez garnir votre oie de persil, de romarin, d’oignon, de paprika, de sel, d’huile d’olive, de graines de sésame et de champignons des bois.

Ensuite, il faut passer cette oie garnie au four, pour cela préchauffez le four au préalable puis laissez environ 3 heures.

Après cela découpez l’oie en tranches fines (avec la garniture et les os) et laissez au frigo pendant deux à trois jours.

Une fois refroidies, broyez les tranches avec un pilon et faites en une pâte compacte, ensuite tassez-là en petits cubes et laissez reposer à l’air libre une semaine.

Et voilà, votre magret est prêt !

3- Le service

Présentez dans de petites soucoupes (volantes lol) avec des couverts et une tranche de paing, vous êtes sûr d’enchanter vos convives avec ce plat personnel et apprécié de tous.

Auteur·rice

You may also like

More in SOCIÉTÉ