CINÉMA

Cinéma : bilan de l’année 2011

Quoi qu’on dise, l’année 2011 a été assez bien remplie au niveau cinématographique. De l’une des plus grosses productions, Harry Potter et les Reliques de la Mort – Partie 2, à l’énorme succès d’un film français sans prétention, Intouchables, reprenons les points forts de cette année.

www.parismatch.com

Le cinéma français a bien entendu été marqué cette année par Intouchables, l’histoire maintenant célèbre de l’amitié entre un jeune de banlieue et un handicapé. Ce film, encore projeté à l’heure actuelle, a un peu éclipsé les autres productions. Nous pouvons cependant retenir The Artist, le pari réussi d’une production en noir et blanc et muette, dans l’esprit des années 30. Également, La Guerre est déclarée, une façon positive et comique de représenter la lutte contre la maladie est notable. Enfin, Rien à déclarer, le nouveau film de Dany Boon ridiculisant les tensions franco-belges vaut le détour bien qu’il ne soit pas le meilleur film de ce réalisateur.

www.premiere.fr

Au niveau international, l’année a été avant tout riche en films fantastiques et science-fiction. Harry Potter et les Reliques de la Mort – Partie 2, le bouquet final de la plus grande saga de tous les temps est bien entendu en tête. Il ne faut cependant pas oublier les autres grand succès de l’année : Super 8, pellicule de science-fiction signée J.J. Abrams, est en rapport avec des extraterrestres, mais n’est pas pour autant de mauvais goût. Il y a aussi Black Swan, sombre histoire dans le monde de la danse classique. Et enfin, Tron l’héritage est le retour, 30 ans après le film de Spielberg, dans un incroyable univers virtuel.

www.lejdd.fr

Les films policiers se sont faits moins nombreux cette année. Nous pouvons retenir le 4ème Scream, par Wes Craven, et le film français Polisse, mettant en scène le quotidien des policiers.

C’est aussi le cas des films d’action, où seuls le 4ème volet des aventures de Jack Sparrow, Pirates des Caraïbes – la Fontaine de Jouvence et X-Men – Le Commencement, qui revient sur les origines de l’histoire, sont à noter.

www.parismatch.com

Des histoires romantiques sont à garder en mémoire de 2011. En plus de The Artist évoqué plus haut, trois noms sont à relever. Tout d’abord Submarine, le film sur un ado britannique de 15 ans, L’Agence, où le héros veut échapper à son destin et retrouver la femme qu’il aime et Un jour qui évoque la proximité entre l’amour et l’amitié.

Nous avons pu rire cette année. En dehors des films comiques français, le très beau Minuit à Paris de Woody Allen a été particulièrement apprécié, nous plongeant dans les nuits parisiennes. Nous avons aussi pu prendre plaisir avec Comment tuer son boss ? et Bad Teacher, une prof à la vie peu décente à la recherche d’un mari, ou encore Mes Meilleures Amies, une aventure entre filles très comique.

www.ouest-france.fr

En ce qui concerne les sorties pour enfants, notre coup de coeur va tout d’abord pour Hugo Cabret, une belle aventure sur l’histoire du cinéma dans le Paris des années 30 avec une bien meilleure 3D que d’habitude. L’histoire est touchante, plus que les films fades habituels qui prolifèrent dans la catégorie “enfants”. Le nouveau film produit et scénarisé par le réalisateur du Voyage de ChihiroArrietty, le petit monde des chapardeurs est bien sûr à noter également, comme la version 3D et en images d’animation de Tintin, signée Spielberg : Les Aventures de Tintin : Le Secret de la Licorne.

fr.ulike.net

Il y a eu aussi des déceptions, cette année là. Pirates des Caraïbes 4 a beaucoup moins convaincu que les volets précédents : après le final du 3ème, cette suite arrive un peu “comme un cheveu sur la soupe”. Les Schtroumpfs non plus : je parlais ci-dessus des films fades qui deviennent une habitude chez les films public enfants, bien qu’amusante et sympathique, cette production en est un exemple, et s’y ajoute également une 3D inutile. Les films Drive, L’Agence et Bad Teacher peuvent aussi décevoir. Un manque d’originalité peut deplaire et, pour Drive et Bad Teacher un esprit un peu “cliché” est présent.

Le jeu de certains acteurs cette année est à souligner.

www.fanpop.com

Pour les hommes, nous pouvons d’abord applaudir Alan Rickman, qui a interprêté pour la dernière fois le mystérieux Rogue de JK Rowling dans Harry Potter et les Reliques de la Mort – Partie 2, personnage le plus émouvant de la saga. Brad Pritt a lui été remarquable dans le film Tree of Life. Nous pouvons bien sûr saluer l’humour mais aussi une belle expression des sentiments de Omar Sy dans Intouchables. Enfin, Jean Dujardin, l’acteur principal de The Artist, est bien sûr également un point fort de l’année.
Au niveau féminin, nous avons l’embarras du choix : Helena Bonham Carter nous a encore époustouflés dans Le Discours d’un roi comme dans le dernier Harry Potter, tandis qu’Elle Fanning et Géraldine Pailhas nous ont toutes deux beaucoup touchées, respectivement dans Somewhere et Les Yeux de sa mère.

Enfin, pour en revenir au fantastique, un des meilleurs éléments de Black Swan est sans doute la gracieuse Natalie Portman tandis qu’Emily Browning a donné toute la saveur du film Sucker Punch.

 

www.kentgarage.com

Pour finir, nous avons également eu de belles surprises auditives.
Des bandes-originales ressortent de cette année : Alexandre Desplat a composé pour le dernier Harry Potter une musique bien au-dessus des précédents volumes. La bande-son de Pina par Thom Hanreich nous plonge dans l’univers de la danse. Enfin, Daft Punk rythme Tron l’héritage et la bande-son de Sucker Punch regorge de perles, entre la douce voix d’Emily et des morceaux de Queen et Björk.

Quel film retenir de l’année 2011 ? Difficile à dire, car tandis que certains seront sous le charme de Pina, d’autres seront profondément marqués par l’ultime Harry Potter, si grandiose, et d’autres encore seront touchés par la sincérité de La Guerre est déclarée.

Auteur·rice

Toulousain curieux, accro aux bouquins, à la musique, à la sauce piquante des pizzas.

    Vous pourriez aussi aimer

    More in CINÉMA