SOCIÉTÉ

L’illusion de la parité

Maze vous informe : cet article relate l’opinion de l’auteur de l’article, que vous pouvez contacter via la présentation située en bas de cet article, et non pas celle de l’ensemble de la rédaction, merci d’en tenir compte.

25 novembre : journée internationale contre les violences faites aux femmes. Pourquoi ?

Un seul chiffre suffit à éluder cette question  : près de 50 % des femmes dans le monde ont été battues ou maltraitées physiquement à un certain moment de leur vie par leur partenaire…

Les plus véhéments me rétorqueront qu’en France, la situation est particulière  que nous sommes un pays égalitaire et que « ces putains de féministes, elles font chier ! ». Quelques chiffres éloquents suffisent à contrecarrer ces griefs :

– Une femme meurt sous les coups de son mari tous les 3 jours, en France.

– Une femme à en moyenne un salaire de 27 % inférieur à celui d’un homme.

– Une femme assume 1h30 de travail domestique de plus qu’un homme.

La parité ne serait alors qu’un leurre ?

Oui, ne nous voilons pas la face. La France, en 2011, n’est pas un pays égalitaire. Qu’est-ce-que être Femme au fond, en 2011 ? Comment peut-on Être, en tant qu’équivalent de l’Homme, tout en affirmant son identité de Femme ?

Logo Association Ni Putes Ni Soumises

Car là est le fond du problème. Beaucoup d’avancées politiques et sociales sont effectives depuis 1945 : droit de vote, légalisation de l’IVG, lois sur l’égalité salariale… Même si de criantes inégalités demeurent (comme celles de salaires ou de divisions de tâches ménagères) la société tend à considérer la Femme telle un « Homme comme les autres », avec les mêmes droits et les mêmes devoirs.

Seulement, la Femme n’a pas à être un « Homme comme les autres ». La Femme est femme. Et elle doit pouvoir le rester tout en ayant les mêmes droits, les mêmes devoirs que les Hommes.

Prenons l’exemple d’un des emblèmes de la féminité : la jupe. Mettre une jupe, c’est montrer ses jambes, dévoiler sa féminité. Et, encore maintenant, ce n’est pas anodin. Dans les banlieues notamment, mais pas seulement, c’est s’exposer au sexisme, aux remarques voire aux violences. Comme si être Femme, c’était mal. Comme si on avait le droit d’exister, mais en se masculinisant, se cachant derrière des pantalons.  

Non, une fille en jupe n’est pas une p*te. Elle est juste femme comme elle l’entend, usant de sa liberté personnelle, tout autant capable de prendre des décisions, de diriger, de réfléchir qu’un homme en costard-cravate.

Oui, on doit avoir le droit d’être en jupe ou en jogging. De montrer sa féminité ou pas. D’avoir le choix en tout cas. Parce que, il n’y a aucun doute, les Femmes ont les mêmes capacités que les Hommes. Mais elles ne sont pas Homme.

Gagner le droit d’Exister, c’est bien. Celui d’exister en tant que femme, c’est essentiel.

© Aiko Tenshi pour MazeMag.fr

Auteur·rice

Egalement connue sous le nom de La-Fille-Qui-A-Des-Problèmes-Avec-Les-Horaires. 17 ans, je voue un culte obscure au Nutella, à Indochine & aux chaussures. Curieuse invétérée aux passions éclectiques : un peu geek, beaucoup mélomane, un chouilla frappée & excessivement enjouée. Quand je serais grande, je serais dirigeante de tout l'univers, ou journaliste. Et sinon, j'ai peur des poules.

    You may also like

    More in SOCIÉTÉ