SOCIÉTÉ

11 septembre : nos souvenirs d’enfance

Le 11 septembre, j’avais 7 ans. Et je me souviens. Je rentrais de l’école, la télévision était allumée, mes parents interloqués, une tour à terre. Et, à travers mes yeux d’enfants, j’ai vu la deuxième tomber. Je n’ai pu décoller de l’écran, tout cela me semblait irréel…

Beaucoup d’adultes disent se souvenir très exactement du 11 septembre, mais qu’en est-il des enfants ? De nous qui avons observé tout cela sans vraiment comprendre ? Quel sens à cet évènement tragique pour ceux qui avaient 5-20 ans à l’époque ?

Ce qui marque en premier lieu c’est que, indépendamment de leur âge, la plupart des enfants de l’époque ont des souvenirs très précis de ce jour, pas forcément en rapport avec les attentats. Ainsi, Antoine, 5 ans, se souvint “avoir fait du vélo”, selon Yann, 10 ans, “Ce jour là […], c’est le jour de mon enfance qui m’a le plus marqué et dont je garde le plus de souvenirs, je m’en souviens comme si c’était hier.”.

Cependant, certains n’en gardent aucun souvenir : Célia, 7 ans, se rappelle simplement être “allée à l’école, comme tout enfant en âge d’y aller”. Alice, 5 ans, évoque “‘un jour normal,[…] la seule chose dont je me souviennes, […] c’est le moment où j’ai regardé les informations.”

A la vision de ces tours, les réactions, et les souvenirs, se révèlent très différents. Pour beaucoup c’est, comme le dit Gwen, 14 ans,”l’incompréhension la plus totale”. Lucile, 6 ans : “Je ne me rendais pas vraiment compte de l’importance, c’est seulement quelques semaines voir quelques mois plus tard que je me suis rendue compte des milliers de vies qui ce sont éteintes.” Mais même si, étant enfant, tout cela n’était pas facilement compréhensible : “[On se] rendait bien compte que quelque part aux Etats-Unis des gens mourraient ” (Alice).

Tout cela semble être totalement irréel, comme le dit Olivia, 9 ans : “Pour moi, tout ça n’était que de la fiction, comme dans les films.”, Marina, 11 ans, avouera même “Je suis rentrée […] chez ma grand-mère ; je me souviens lui avoir dit “Wow, il est cool ton film mamie !”

Mais tout cela n’empêche pas d’avoir eu de fortes émotions à la vue de ses images. Yann se souvient avoir “été terriblement fasciné […] de voir ces immenses tours de bétons s’effondrer comme un château de cartes.”  mais aussi ” choqué de voir ces corps tomber[…], des enfants afghans sauter de joie […] Ben Laden dire que c’était encore mieux que ce qu’ils espéraient.”

D’autre, comme Philippe, 11 ans, se sont sentis “tristes pour ces américains qui ont tout perdu ce jour”, ou certains comme Leslie, 14 ans avait peur “j’avais une boule d’anxiété dans le ventre”.

Devant le désarroi causé par cet évènement, des explications ont été demandées : “J’en ai demandé, mais mes parents me considéraient encore trop jeune. […] C’est donc mon frère qui m’a expliqué tout ça […] en utilisant mes Barbie™ pour me décrire l’attentat.” se souvient Lucile.

Pour d’autres, l’école a permis de clarifier les choses : “nos professeurs ont essayé de nous expliquer ce qu’il se passait à New York” (Marina).

Cependant, un souvenir s’impose à tous : les images. “Toutes les télés et radios de la maison étaient allumées” (Akitiiam, 10 ans), ” je me souviens nettement des images qui passaient à l’écran, l’effondrement des tours” (Coralie, 6 ans), “ces atroces images sur toutes les chaînes, […] de 2 tours en feu et des cris en guise de bande sonore.” (Olivia)

Et maintenant ? Les enfants de 2001 sont devenus des adultes, ou tout du moins des ados. Quelles conséquences à donc eu cet évènement sur leurs vies ? Que signifie-t-il pour eux ?

“Le 11 Septembre est une journée où des milliers de gens sont morts. On pense forcement aux familles. […] Ce jour est un jour horrible.” nous dit Amélie, 6 ans. Pour Antoine, c’est “un jour de recueillement”. Dans le même esprit, Gwen nous dit qu’il “est important de préserver le souvenir de ces épisodes noirs”. Pour d’autres, ces attentats ont été sources de craintes, toujours présentes. “Maintenant […], je me rends compte qu’un attentat peut avoir lieu n’importe quand” (Pauline, 7 ans). Pour Alice, “Ça m’a terrifié, et l’idée que cela puisse se reproduire encore m’angoisse ..”. Enfin, certains, comme Marina, ont maintenant une peur panique de l’avion ; “Le fait d’en voir ou entendre un me tétanise alors je n’imagine même pas y monter dedans.”

A l’inverse, pour d’autres, le 11 septembre a permis de voir la vie différemment : ” je me rends compte que la vie peut basculer d’un instant à l’autre” (Antoine), “La vie est trop courte pour se préoccuper des choses futiles. Je vis ma vie au jour le jour” (Marina). “Carpe Diem” selon Célia & Amélie.

Enfin, comme l’évoque Marina, “[On a] perdu une partie de [notre] innocence d’enfant ce jour là.” : l’homme se révèle être “la plus belle des ordures” (Yann), “Une prise de conscience que “l’homme est assassin” comme dit Renaud” selon Gwen. “Le 11 septembre est, à mes yeux […] le symbole de l’inhumanité […] des terroristes, prêts à arracher la vie de gens.” pour Coralie. “Le 11 septembre ,c’est le jour de ma prise de conscience de la cruauté de la race humaine.” (Yann)…

Pour en revenir à moi, je crois surtout que ces images m’ont faites entrer dans la réalité. Je n’en garde pas de traumatismes profonds, ni de peurs particulières ; j’ai seulement réalisé à ce moment que le monde pouvait être cruel, inhumain & injuste…

Un très grand merci à Antoine, Lucile, Pauline, Gwen, Philippe, Olivia, Leslie, Alice, Amélie, Yann, Akitiiam, Coralie, Marina & Célia de m’avoir gracieusement apporté leur témoignage !

Auteur·rice

Mallaury
Egalement connue sous le nom de La-Fille-Qui-A-Des-Problèmes-Avec-Les-Horaires. 17 ans, je voue un culte obscure au Nutella, à Indochine & aux chaussures. Curieuse invétérée aux passions éclectiques : un peu geek, beaucoup mélomane, un chouilla frappée & excessivement enjouée. Quand je serais grande, je serais dirigeante de tout l'univers, ou journaliste. Et sinon, j'ai peur des poules.

    Vous pourriez aussi aimer

    More in SOCIÉTÉ