CINÉMA

« Saw X » – L’écœurant dernier volet

Saw X © Metropolitan FilmExport
Saw X © Metropolitan FilmExport

Après le neuvième volet de la saga à succès en 2021, la franchise Saw inaugure à présent son dixième opus. Situé entre le premier et le deuxième film, Saw X pousse à l’extrême la recette gore qui avait fait le succès de la série culte. Jusqu’à dégoûter son spectateur. 

Ce n’est plus un secret pour personne : les réalisateurs de Saw ont fait du thriller gore leur marque de fabrique. Le concept de base du film — un tueur en série jouant les justiciers en torturant dans son «  puzzle  » des gens qu’il estime corrompus — est toujours le même depuis le premier film, réalisé par James Wan en 2004. Et comme en 2004, Jigsaw, surnommé «  Tueur au Puzzle  », redouble de créativité dans les moyens déployés pour faire régner son idée de la justice, scies électriques et braséros à l’appui. Mais une bonne trouvaille scénaristique fonctionne-t-elle encore après dix films ? 

Ad nauseam

John Kramer (Tobin Bell), mieux connu sous le nom de Tueur au Puzzle, est de retour. Et à vrai dire, il est plutôt mal en point : il est en phase terminale d’un cancer. Alors qu’il ne lui reste qu’un mois à vivre, il se rend dans un centre clandestin dispensant des opérations soi-disant miraculeuses. Lorsqu’il se rend compte qu’il s’agit d’une escroquerie, il enferme la chirurgienne en chef, Cecilia Pederson (Synnøve Macody Lund) et ses sous-fifres, dans un des pièges dont il a le secret. Les amateur·ices de la saga se réjouiront de retrouver Amanda (Shawnee Smith), ancienne rescapée des pièges de Kramer devenue son associée. Mais passé ces retrouvailles, plusieurs éléments rendent ce dernier opus décevant. Outre les intentions ultra-lisibles du scénario, de nombreux détails lui font perdre en crédibilité. On se demande par exemple comment Kramer, génial concepteur de pièges mortels, peut ne pas avoir flairé la supercherie. 

Comme on pouvait s’y attendre, le réalisateur Kevin Greutert n’a pas lésiné sur l’hémoglobine. Les membres de la fausse équipe médicale ne sont pas ménagés. L’une finit la gorge tranchée par une scie filaire, un autre brûlé vif après s’être ponctionné un morceau de cervelle, et la dernière meurt calcinée. Jusque-là, rien qui ne ressemble aux précédents opus, qui avaient fait de ces scènes graphiques leur marque de fabrique. Mais Saw X franchit une nouvelle limite dans l’horreur lorsque, par un retournement de situation plutôt douteux, un petit garçon se retrouve pris dans les rouages du «  Puzzle  » tortionnaire de Kramer. Une image franchement dérangeante s’impose au spectateur, moins à cause des engins de torture en eux-mêmes (bien que ces derniers ne soient pas en reste) qu’à cause de la vue d’un enfant livré à une telle cruauté. 

Fausse morale, vraie déception

Depuis le début de la saga, le Tueur au Puzzle joue avec nos sentiments, et ceux de ses personnages. « Vivre ou mourir, à vous de choisir » aime-t-il répéter à ses prisonnier·es, sommé·es de se couper une jambe ou de se sectionner un bras. Même si c’est à coups d’yeux arrachés (vous êtes prévenu·es), John Kramer veut faire triompher le Bien : ceux et celles qu’il condamne ont commis des crimes, et il estime leur offrir une chance de se racheter. 

Pourtant, le dernier opus de Saw se solde par un échec de Kramer à faire triompher ses valeurs, bien que la fin du film confirme que tout se passe comme il l’avait prévu. Cecilia, absolument monstrueuse du début à la fin, s’en tire relativement indemne, là où tous·tes ses complices meurent dans d’atroces souffrances. Les enjeux moraux des actes de torture commis par Kramer donnent à ce film une fausse profondeur qui ne réussit jamais à convaincre vraiment.

De même, les hésitations d’Amanda, qui auraient pu faire basculer le film, n’aboutissent à aucun renversement de situation intéressant. Les coups de théâtre s’enchaînent sans réelle cohérence et tombent comme des cheveux sur la soupe. Si l’on s’amuse de l’ingéniosité des scénaristes en matière de tortures, l’arrière-plan supposément moral n’est finalement qu’un prétexte à ce massacre. Massacre qui nous laisse à la fois écœuré·es… et sur notre faim. 

Bande annonce du film Saw X © Lionsgate 2023

You may also like

More in CINÉMA