CINÉMA

L’ACID a 30 ans  ! Soirée courts métrages en association avec le GREC

visuel de la soirée organisée par l'acid

C’est cadeau  : pour ses trente ans, l’ACID s’associe au GREC pour une soirée consacrée au film court. Rendez-vous le jeudi 8 décembre, au Saint-André des Arts (Paris), pour arpenter un micro-bout du vaste continent du court  : petit format parti trop tôt… du grand écran.

Cinq courts-métrages seront projetés ce soir-là. Des films réalisés aussi bien par des cinéastes aguerri·e·s de l’ACID, que par des artistes émergent·e·s du GREC. L’occasion pour Maze de faire un point sur ces deux structures.

L’Association du Cinéma Indépendant pour sa Diffusion, est née, sans surprise, en 1992 (puisque ce sont ses trente ans, il faut suivre). Son objectif : œuvrer à la visibilité de tous les films afin qu’ils puissent être vus par tous·tes et partout. En plus de sa section parallèle à Cannes, les différents dispositifs de l’ACID s’inscrivent dans une démarche d’action culturelle de proximité. Composée de cinéastes, l’association fait circuler images et regards sur l’ensemble du territoire. De nombreux·ses réalisateuri·ces aujourd’hui reconnu·e·s, ont bénéficié du soutien de l’ACID pour leurs premiers films : Pierre Salvadori, Damien Manivel, Claire Denis, Sébastien Lifshitz, Justine Triet, Mariana Otero…

Le Groupe de Recherches et d’Essais Cinématographiques a vu le jour en 1969. Il se place du côté de la production. Il aide en effet chaque année une vingtaine de cinéastes à produire leur premier court métrage.

La soirée du 8 décembre est donc l’occasion pour l’ACID de mettre en lumière la vitalité de la création cinématographique, contemporaine ou passée. Et ce, par le biais d’un format propice au renouvellement des formes et imaginaires  : le film court.

Demandez le programme

La programmation, élaborée par huit jeunes ambassadeur·ices de l’ACID, se propose comme une petite aventure visuelle et sonore. La spectateur·ice fera ses premiers pas sur ce vaste territoire dans la chaleur étourdissante de La Dame au chien (2010). Le troisième court métrage de Damien Manivel met en scène une rencontre incongrue. Celle qui survient entre un jeune homme et une dame, lorsque le premier rapporte son chien perdu à la deuxième, un jour de canicule. Une affaire de malaise qui s’étire comme un vertige, avant de s’étioler grâce à un remède magique : le rhum.

C’est donc les sens groggy par le double effet de la chaleur et de l’alcool que la spectateur·ice avancera tranquillement vers la suite du programme. La langueur de La Dame au chien cèdera alors sa place à L’Amertume du chocolat (2008, Lucile Chaufour et Morad Aïssaoui). Nouveau vertige alors, non plus celui du vide de la parole, mais bien celui lié a un trop plein. Trop plein d’amour, trop plein de violence prête à déborder : celle d’une mère solitaire précaire élevant seule ses deux enfants. Suspens glaçant garanti, et saisi dans un cadre formel virtuose.

Suivra Je criais contre la vie, ou pour elle (2009), réalisation de l’artiste plasticienne Vergine Keaton et climax visuel et musical de cette programmation. Une fresque mouvante, dans laquelle animation et musique s’engendrent mutuellement pour donner naissance à une véritable expérience de cinéma. Petite accalmie, toute relative, ensuite avec Le Syndrome de l’orchidée (2021). La réalisatrice de ce documentaire, Jenna Castetbon, y mettant en scène sa relation compliquée avec sa maman malade. Un journal (presque) intime, où douleur et culpabilité de l’échec de communication mère-fille, laissent une nouvelle fois un goût amer.

Suite et fin avec Eté maison hantée (2021), conte réaliste et plutôt désenchanté de Théo Hoch. Un jeune homme retourne dans la maison de son ami d’enfance qui vient de se suicider. Un ultime voyage avec lequel la spectateur·ice fera un détour par l’imaginaire fantastique de l’enfance. Un film en forme de profession de foi : raconter des histoires, imaginer, c’est ça le cinéma, et c’est aussi pour les grand·e·s. Une ultime digression cinématographique, donc… pour ce soir  !    

Auteur·rice

You may also like

More in CINÉMA