CINÉMAFestival de Cannes

CANNES 2021 – « Robuste » : Brutale tendresse

© Diaphana Distribution

SEMAINE DE LA CRITIQUE – Présenté en ouverture de La Semaine de la critique, Robuste, le premier long-métrage de Constance Meyer confronte deux acteurs.rices tout en puissance et en sensibilité. Drôle et touchant.

Robuste appartient à ces films d’amitié improbable entre deux êtres n’étant pas censés se rencontrer. La réalisatrice Constance Meyer met en scène Gérard Depardieu dans le rôle de Georges, un célèbre acteur légèrement aigri ressemblant fortement à notre Gégé national lui-même. Et ce, dès la première scène où, alcoolisé, il subit un accident de moto.

Alors que son bras droit (assistant personnel, garde du corps, etc) doit partir un mois pour un enterrement, il est remplacé par une autre agent de sécurité, Aïssa, l’incroyable Déborah Lukumuena révélée dans Divines. Cette jeune femme téméraire pratique la lutte en compétition. A priori tout oppose ces deux corps hors normes captés par l’œil de la cinéaste. Pourtant, peu à peu, les carapaces se fissurent et se lie entre eux une relation toute particulière.

Aïssa va devoir surveiller l’incontrôlable Georges/Gérard qui ne respecte plus rien : ni ses contrats, ni ses collaborateurs. A travers la confrontation de ces deux univers, Constance Meyer chronique le monde du cinéma vu par les yeux d’une personne totalement extérieure. Mais ce personnage de femme puissante a les épaules droites et les pieds bien plantés dans la réalité.

Elle attise d’ailleurs la curiosité de l’acteur dépassé par sa vie, son métier et la solitude pesante qu’il traverse. Car si leurs corps sont robustes, ce n’est que par leur aspect. Chacun a besoin d’amour et de tendresse et va trouver en l’autre un besoin rassurant de protection.

La cinéaste observe Gérard Depardieu jouer son propre rôle, ne pas jouer d’ailleurs, juste être, et être toujours au sommet. Les déboires de l’acteur créent immédiatement un comique renforcé par l’écriture des dialogues. Dans cette confrontation entre force et tendresse, Déborah Lukumuena démontre toute l’ampleur de son immense talent de comédienne faisant face au monstre Depardieu. Un premier film non sans quelques défauts mais posant un regard délicat sur ces comédien.ne.s duquel se dégage un désir de cinéma.

Auteur·rice

J'entretiens une relation de polygamie culturelle avec le cinéma, le théâtre et la littérature classique.

You may also like

More in CINÉMA