CINÉMA

Les filles au Moyen Age – Éclairer l’obscurantisme

Réhabiliter le Moyen Age, mettre en lumière une époque mal-aimée, souvent sur laquelle nous sommes peu et/ou mal informés, tel est le pari audacieux d’Hubert Viel dans son dernier long-métrage au titre aussi énigmatique qu’évocateur : Les Filles au Moyen Age.

Dans ce petit bijou d’intelligence et d’originalité, la douce et sage voix de conteur du grand-père érudit incarné par Michael Lonsdale, transporte tous les autres protagonistes interprétés par des acteurs-enfants d’une douzaine d’années au temps du Moyen Age. Au gré des petites saynètes jouées par ces jeunes acteurs plus que prometteurs dont le souffle et la grâce insufflent une légèreté rafraîchissante au film. Les Filles au Moyen Age, dans une économie de moyens, porte une croyance folle envers le pouvoir de la fiction. Ainsi, on dépoussière en imaginant un regard alternatif sur la religion, le féminisme, l’écologie ou encore la véritable histoire de Jeanne d’Arc sous des nappes de synthétiseurs hypnotiques oscillant entre joie et mélancolie, le tout à travers une mise en scène dépouillée, pétillante et lumineuse.

Artisans du film (2016)

Artisans du film (2016)

Les filles au Moyen Age sont fortes, intelligentes, belles, intègres, de véritables héroïnes, des diamants bruts. Médecins, enseignantes ou encore physiciennes, elles n’avaient décidément rien à envier aux garçons. On découvre également que si l’Histoire est écrite par les vainqueurs, elle est aussi surtout écrite par les hommes, en effet, ces derniers ont l’art de s’approprier certaines grandes découvertes et progrès sociaux.

En proposant un regard à la fois incisif, neuf et insolite sur cette époque – qui devient soudainement moins obscure, Hubert Viel remet en question les tares, les maux et la vision unilatérale du « progrès moderne » de notre société contemporaine. Invoquer le passé pour mieux parler du présent, tel est le postulat engagé et ludique du film qui réussit à combiner avec brio les deux : politique et poétique.

Auteur·rice

"Ethique est esthétique." Paul Vecchiali

You may also like

More in CINÉMA