MUSIQUE

L’invitation au voyage de Superpoze

Alchimiste des sons et architecte du rêve, Gabriel a.k.a Superpoze confirme son talent en nous offrant un des meilleurs albums de 2015. Après plusieurs délicieux EP, des sorties de titres aux côtés d’autres grands noms (Stwo, Fakear, Thylacine), un side-project pour Kuage et une tournée internationale, le jeune normand revient avec un premier album Opening, sorti sur son propre label Combien Mille Records.

Marquant un changement de cap, Opening est un nouveau pas pour une grande carrière. En effet, Superpoze ne se contente pas de réussir. Pour ne pas tomber dans la routine musicale, il refuse toute barrière et, en quête constante de nouveaux horizons, il continue à nous surprendre comme sur ce premier album pour renouveler l’identité Superpoze. Pour cet album, il a donc abandonné en partie la quête de samples et l’omniprésence de beats hip-hop et a travaillé principalement au piano, offrant des couches de nappes électroniques brumeuses, aériennes et contemplatives. Véritable bijou de composition, cet album offre ainsi un ensemble plus mélodique et harmonieux que ses précédents EP. Habitué aux formats courts, il a relevé le défi de composer un album, nous offrant la bande originale grandiose et puissante d’un film encore inexistant pourtant. Le risque aurait été de faire une compilation de titres (en y incluant des anciens), sans véritable lien les uns avec les autres. Mais il a brillament réussi son pari, en se réinventant et en offrant un album cohérent, mature et très bien mené, un album qui se lit comme une même histoire, dévoilant les images musicales d’un unique film. Voyage au cœur de contrées encore inexplorées, Opening est une belle ouverture sur le monde, entre beauté de l’intime et envoûtement de l’horizon.

Le voyage s’ouvre sur Opening, amorce ponctuée de beats percutants et d’une douce mélodie qui s’installe peu à peu au cœur de cette aube aventurière et nomade. Entre douceur lumineuse et beats ravageurs, le morceau gagne progressivement en puissance. Amorce parfaite pour cet album voyageur, ce titre semble nous plonger au cœur d’une Nature qui s’éveille avec force, d’une lumière qui astreint l’immensité. Décors de notre escapade solitaire, le paysage est installé. Nous sommes alors transportés soudainement au cœur de contrées musicales glaciales et sombres avec North. Sur ce titre, on retrouve l’univers froid auquel Superpoze nous avait déjà habitué avec des titres comme The Iceland Sound, From The Cold ou encore Transylvania. Mais à la différence de ces premiers titres, le rythme reste ici bercé par la lenteur presque sensuelle des glaces, porté par le chant spectral des banquises. La délicate mélodie au piano épure alors avec tendresse le morceau de tout artifice, nous faisant valser au cœur de ce pur et stupéfiant désert de glace. Ce voyage initiatique et solitaire se poursuit avec la rythmique effrénée de Time Travel.

Une pause contemplative se déploie alors avec le fragile et spectaculaire Overseas. Composé lors de son retour d’Asie, ce morceau laisse défiler avec simplicité la grandeur de paysages, nous faisant survoler l’immensité et la profondeur. Épique et ensorcelant, ce travelling musical joue avec nos émotions, nous entraînant dans la seconde partie du morceau sur des rivages plus électroniques et envoûtants. Les images restent brumeuses et les rythmiques demeurent obsédantes sur Unlive. Murmure ou souffle suffocant, ce titre intimiste et scintillant, nous transporte dans une contrée aérienne et spacieuse encore inexplorée.

Au beau milieu de notre route, la pause house de Ten Lakes vient apporter mouvement et luminosité à notre envoûtante pérégrination. Movement redonne alors une place d’honneur aux mélodies du piano. La douceur se déploie dans un décor lumineux et mélodique. De ce titre découle avec naturel le dernier morceau de l’album, Home Is Where I Am résumant en musique l’adage amérindien « Là où sont mes pieds, je suis à ma place ». Notre abri et nos repères se retrouvent dans ce travelling musical délicat et envoûtant, élégant et puissant, que Superpoze nous offre. On ouvre les yeux, ce voyage en apesanteur se clôt. Rien ne vous empêche de les fermer à nouveau et de repartir.

You may also like

More in MUSIQUE