ART

Le monde féerique d’Amira Fritz

Amira Fritz est née en 1979 en Allemagne.  Elle intègre une école de photographie à Vienne et fait ses débuts au cotés de Reiner Riedler, dont l’art surréaliste l’influencera particulièrement. En 2008, la jeune photographe emporte un prix grâce à sa contribution à la fashion week, et voit ses œuvres reconnues par la sphère artistique.

En effet Amira Fritz navigue entre différents mondes, celui de la mode, qui devient une source d’inspiration et dans laquelle elle s’affirme en tant que créatrice hors normes, et celui de la photo où elle commence à percer. Elle imagine des vêtements et coiffures qui dans leur préciosité fantasque invitent au rêve, au folklore et ne ressemblent à rien de connu. Ses photographies, elles, sont des féeries vintage aux couleurs impressionnistes, aux tons pastels, dont l’aspect éthéré marque la singularité.

amira fritz 1

L’idée d’un monde floral s’inscrit dès le début dans le travail d’Amira Fritz, ses femmes-fleurs, dont la tête est remplacée par un bouquet deviennent le symbole de cet univers surréaliste, où l’on devine le fantastique, entre les feuillages, caché dans le cadre de l’image. La lumière irréellement douce de ses clichés se fond dans le décor, la nature devient lieu de magie, de poésie. Récemment, Amira Fritz a collaboré avec L’express Style pour une série de photographies. Telles des Marie-Antoinette, ces modèles présentent les nouveautés de grands couturiers, en arborant des coiffures florales, toutes en volume, le teint poudré, habillées de vêtements roses et autres couleurs tendres.amira fritz 2

L’élégance est au rendez-vous, une élégance hors du temps, énigmatique et étrange, qui rend ces poupées de porcelaine presque irréelles. L’artiste rend ses photographies épurées, débarrassées de tout aspect charnel, la matière est transparente, la lumière étonnamment blanche et douce, un peu de paradis semble s’immiscer dans cet univers immaculé. Le regard sur les modèles se veut presque distant, froid, les fleurs deviennent les seuls véritables objets de beauté, le monde lui-même semble être rendu à l’état végétal, et quelque chose d’un peu fascinant se dégage de cette pâleur florale, de ces images où la figuration devient proche de l’abstraction, où le paysage englobe l’être, être qui semble là comme objet pictural, comme représentation d’une ambiance.

Amira Fritz tient un site internet où l’on peut découvrir toutes ses magnifiques créations, clichés donnant l’impression de jouer avec les textures, les couleurs toujours pastels et raffinées. La jeune femme continue de faire parler d’elle, et ses bijoux photographiques sont toujours autant remplis de poésie, d’idées graphiques et stylistiques.

Auteur·rice

You may also like

More in ART