FestivalsMUSIQUE

Rencontre avec Sexy Sushi. Panoramas.

Pour sa 16ème  édition, du 29 au 31 Mars, se déroulait à Morlaix (Bretagne), le festival Panoramas.  Bilan : 23 000 festivaliers venus de la France entière ! Cet événement qui ne cesse de faire ses preuves depuis sa création a cette année accueilli des artistes comme Vitalic, les Bloody Beetroots, Pendulum, Disiz ou encore Sexy Sushi (pour la quatrième fois). On peut dire que les fans d’electro n’ont certainement pas été déçus car la programmation était vraiment complète. Malgré un début sous la pluie, ce festival était mémorable.

PANORAMAS-480x328

Et oui à Morlaix, il ne fait pas toujours très beau. Mais ce week-end là, on aurait tout de même apprécié un peu plus de chaleur. Il faut dire que les nuits étaient fraîches dans le camping, et que la boue était au rendez-vous, à notre grande déception. Mais bon ! Quand on est dans l’ambiance du festival, ce ne sont que des détails. Le petit moins, c’est que le camping était assez loin du site, mais au final la route se fait vite.

Le vendredi soir lors des premiers concerts, les festivaliers, qui n’étaient pas encore tellement nombreux, se sont surtout dirigés vers Disiz, qui était à 21h au Grand Club et auquel nous avons assisté avant de passer voir Grems pour ensuite se diriger vers les Sexy Sushi. Trois belles prestations à vrai dire. Disiz a su chauffer la salle en peu de temps, Grems a ensuite attiré la foule sous le chapiteau et les Sexy Sushi étaient complètement déjantés. On a pu voir une Rebeka Warrior au top de sa forme, lançant des baguettes de pain en citant la bible, du terreau ou encore du sel. Pourquoi pas ! On a  pu écouter le titre de leur nouvel album qui sortira le 13 Mai prochain : J’aime mon pays, mais aussi des classiques comme le Sex Appeal de la policière, que beaucoup de fans attendaient visiblement. Peu après, avec son VTLZR Live, Vitalic a fait danser une foule en délire, notamment sur Stamina (le titre que Pascal préfère sur son dernier album Rave Age sortir en Novembre dernier). C’était tout simplement dément. Le Dj allemand Boris Brejcha l’a fait également d’ailleurs  et Klangkarussell a pris la relève, c’était à voir. De la musique électro plein les oreilles jusqu’à presque 5h du matin, de quoi en rendre heureux plus d’un !  De plus, au club de 1h à 4h , des groupes assez marrants se sont faits découvrir au grand plaisir de tous : Salut c’est cool et Cuir ! Moustache (“Des meufs, des bières”).

page

Le samedi soir, il n’y a pas photo, il y avait beaucoup plus de monde. Le début de la soirée était plutôt rock avec les groupes BNRS (Belgique) et Concrete Knives. On est ensuite passés à l’électro tout en gardant un côté rock avec Poni Hoax qui étaient présents en 2006 et 2007. A 22h, le Dj Julien de Castilho a attiré beaucoup de monde au club avec son live. Les festivaliers déchaînés en ont retenu un bon mix et une bonne ambiance, et il est vrai que c’était tout juste énorme. Ce fut ensuite au tour des Bloody (déjà passés en 2010) d’attirer la foule avec leur nouveau live, et c’était vraiment réussi. Un public torrentiel devant leurs plus grands titres. De la folie. One, Two, Woop Woop ! Et je vous laisse imaginer ce que ça fait. Quelques soucis de micro, mais rien de grave ! Joris Voorn (Pays Bas) a peu après pris le relais avec sa house/techno avec le changement d’horaire de dernière minute, tandis que Bakermat a attiré pas mal de monde avec son live de fou et a été une belle découverte pour de nombreux festivaliers. Enfin, Don Rimini, qui était là il y a trois ans, a également mis le feu avec sa scénographie d’enfer et a clôturé la soirée en beauté.

page 2

  • Voici une interview de Sexy Sushi (Mitch Silver & Rebeka Warrior)

– Morlaix est votre deuxième date de 2013, ça vous a fait quoi d’être à ce festival pour la quatrième fois ? Est-ce qu’il vous tient à cœur ?

 MS : C’est le festival du Patron, il faut qu’on soit propres et serviables.

R.W : COUCOU TOI.

– Votre nouvel album “Vous n’allez pas repartir les mains vides ?” sort le 13 Mai, pouvez vous nous en dire deux mots ?

 MS : Il s’agit d’un double disque album très luxe avec deux fois le même disque à l’intérieur pour plus de praticité dans la vie quotidienne.

R.W : Ça ne va servir à rien.

– Aimez vous vraiment la France ?

MS : Bien sûr je suis moi même français.

R.W : Oui. j’aime mon pays, comment peux tu en douter ?

– On a remarqué que vous étiez plutôt fan de Boenbotte, est-ce parce qu’il est aussi déjanté que vous ? (Êtes vous tristes que ses vidéos soient supprimées ?)

MS : De nos jours, il fait pas bon porter des bottes tranquillement c’est bien dommage, nous mêmes nous fourrons des pains avec nos pieds nus et c’est très agréable.

R.W : Boenbotte est mon cousin ( du coté de ma mère ).

– Pensez vous avoir moins de succès maintenant qu’au temps du Sex appeal de la policière ?

 MS : Nous avons moins de succès qu’aux temps des Cathédrales mais nous sommes certains que la police fait son travail.

R.W : Nous avons le succès que nous méritons et nous ne méritons pas grand chose.

– Déjà 9 albums à votre actif (même si on retrouve souvent les mêmes morceaux histoire de pas les oublier), faire de la musique c’est plus pour vous marrer, exprimer vos opinions ou vraiment pour faire de la musique ?

MS : La musique est un petit complément de salaires pour arrondir les fins de mois difficiles car nous sommes en crise et c’est très compliqué, on ne comprend plus rien à la banque.

R.W : Nous remettons régulièrement les mêmes morceaux dans des albums avec des noms différents et dans le désordre. Parfois nous sortons d’abord la musique et ensuite la musique avec des paroles sous un nom différent (“la mort d’une dame” = “a genou”). Parfois encore nous sortons 2 disques similaires dans le même boitier ( “vous n’allez pas repartir les mains vides ?” ) . Bientôt nous sortons un vinyle avec sur la face A une instru et sur la face B moi qui chante seule. Notre premier disque était un BEST OF. Mais pourquoi ?

– Êtes vous devenus inséparables depuis 2001 ? (ça fait déjà 12 ans…)

MS : Le malheur nous rassemble mais la vie fait que le temps est un allié qui sait nous promettre des lendemains qui chantent.

R.W : Pour mon anniversaire j’aimerais avoir le double chausson chauffant à port USB.

– Sinon, être sérieux, ça vous arrive ?

MS : Le dimanche.

R.W : Bien sûr.

– Vous en faites quoi de votre argent ? Ça fonctionne vraiment bien la technique du « dernier tour » ?

 MS : Il s’agit d’une astuce employée à l’origine par l’Armée. Sinon avec l’argent j’achète des cartes Magic et des dvd.

R.W : En fin de compte je crois que je vais préférer le “coucou toi tour”.

– Que pensez vous du mariage pour tous ?

MS : Oui mais pas pour les moches.

R.W : Pour tous ensemble ? On va être un très gros couple, ça me semble pas gérable au quotidien.

– Après les pots de fleurs, les dindes… etc ; Vendredi soir, pain, sel et terre étaient au rendez vous, les objets que vous lancez ont toujours un rapport avec vos chansons ou c’est juste comme ça ? Sinon, c’était comment vendredi soir ?

MS : Nous avons tous besoins de petits rituels, ils sont pour là nous rassurer et nous permettre de construire ensemble un avenir meilleur. Vendredi nous avons été bien reçu et le saucisson à l’ail m’a fait du bien avant de dormir.

R.W : Nous sommes partis sur les thématiques de la boulangerie et de la musculation pour le “coucou toi tour”.

http://sexysushi.free.fr/

Auteur·rice

21 ans. Passionnée de cinéma et étudiante en Audiovisuel. Rédactrice cinéma et musique à Maze.

You may also like

More in Festivals