MUSIQUE

Different Pulses pour février

Fin janvier, Asaf Avidan était à Paris pour effectuer la promotion de son nouvel album Different Pulses qui sortira le 28 janvier. Cet album était très attendu par les fans et les curieux, il faut dire que dans l’ère d’une musique un peu trop commerciale, Asaf Avidan est un extra-terrestre, sauveur de la musique. Cet OVNI ne semblait pas avoir un destin tourné vers la musique, fils de diplomates, il a vécu en Jamaïque et a fait des études de cinéma dans son pays natal, puis s’est penché “tardivement” sur la musique qui était sa passion.

Asaf Avidan, chanteur et auteur Israélien a débarqué sur la planète musicale en 2006 et 2007 avec deux albums Poor Boy/Lucky Man et The Reckoning qui arrivèrent un peu plus tardivement en France. Il était auparavant leader du groupe “Asaf Avidan & The Mojos” mais c’est seul que nous le retrouvons sur ce nouvel album. Le public français le découvre alors avec le remix de sa chanson Reckoning Song par Wankelmut : l’hymne “One Day” déferla alors en France faisant découvrir au plus grand nombre cet artiste si particulier, original. Et rare. Malheureusement, l’artiste n’apprécie pas vraiment cette version de la chanson, qui il est vrai, lorsque l’on écoute le reste de sa discographie ne s’apparente pas au style de l’artiste. Mais comment ce nouveau public n’aurait-il pas pu s’attacher à cet artiste, à la voix si différente et particulière, que certains comparent parfois avec celle de Janis Joplin. La comparaison semble facile avec la puissance de la voix mais reste faible, sa voix ne s’apparente à aucune autre.

L’album s’ouvre avec la chanson Different Pulses, où la voix puissante d’Asaf Avidan se conjugue avec les percussions et le clavier. Les paroles de cette chanson donnent le ton, l’artiste semble torturé, la douleur s’exprime à travers les mots. Tout l’album est ainsi, mélancolique, épuré, laissant place aux mots. Son nouveau single “Love it or leave it” est plus rythmée, plus pop mais reste toujours très fort pour les paroles : la douleur semble être un des sujets favoris de l’auteur-compositeur. “613” est surement la chanson la plus originale de l’album où l’on trouve quelques tonalités electro dans les couplets, qui varient l’album mais l’ensemble reste convaincant.

L’album semble scindé en deux, en effet la deuxième partie de l’album est plus simple, l’artiste est presque a cappella tant l’instrumental est si doux, presque inaudible comme dans sa chanson Conspiratory Vision Of Gomorrah où ressort une mélancolie, la voix d’Asaf est pure, l’instrumental est faible, comme pour laisser le maître s’exprimer, cette chanson s’avère être surement la meilleure de tout l’album. L’album se termine toute en mélancolie et beauté avec la chanson “This Is It“, et laisse une envie de connaître encore plus la douleur et l’univers d’Asaf Avidan.

 Asaf Avidan reste un artiste indépendant et n’est pas encore transformé par le système musical, c’est lui-même qui refuse de jouer sur le plateau du Grand Journal car l’émission lui impose de jouer “One Day” : situation causasse comme il était en France pour présenter son nouvel album… L’expérience profonde Asaf Avidan pourra se continuer sur scène, il prévoit une grande tournée à travers l’hexagone et est prévu dans la programmation de quelques festivals, pour attendre, patiemment, un nouveau chef d’œuvre.

facebook.com

Auteur·rice

Margot, Terminale L, option cinéma-audiovisuel, passionnée de musique, de cinéma et d'art. J'arpente les salles obscures et les salles de concert et essaye de vous retransmettre ma passion à travers mes articles. A l'avenir, j'espère entrer dans une école de journalisme pour devenir reporter ou bien journaliste-spécialisée. J'espère que vous apprécierez mes écrits et ceux des autres rédacteurs, bonne lecture.

    You may also like

    More in MUSIQUE